Informations

Interaction C-myc/anti-myc Ab avec les protéines de fusion

Interaction C-myc/anti-myc Ab avec les protéines de fusion



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je vais préparer une protéine de fusion c-myc avec la configuration suivante :

(séquence signal de 28 résidus)-(c-myc)-(GGSGGGSG Linker)-(Protéine d'intérêt (POI))

POI est une protéine transmembranaire et la séquence signal de 28 résidus est nécessaire pour l'incorporation membranaire dans le RE.

Ma préoccupation est la perturbation de l'interaction c-myc/anti-myc Ab en raison du fait que c-myc est fusionné aux deux extrémités. Quelqu'un a-t-il une expérience ou une référence avec une construction similaire?


Après quelques recherches supplémentaires, j'ai trouvé des articles rapportant des expériences de co-immunoprécipitation réussies avec des protéines de fusion POI-myc-His.

De plus, j'ai pensé que la séquence signal sera clivée par des peptidases signal qui laisseront l'étiquette c-myc exposée sur l'extrémité N avec seulement un résidu supplémentaire. Je ne pense pas qu'un résidu supplémentaire créera un problème.

Voici l'outil que j'ai utilisé pour déterminer où la séquence de signal sera clivée : http://www.cbs.dtu.dk/services/SignalP/

Voici les références des expériences POI-myc-His :

  • DOI : 10.1016/j.cub.2006.08.085
  • DOI : 10.1073/pnas.97.2.668

LUMIER : un outil de découverte pour les réseaux d'interaction entre protéines de mammifères

Les interactions protéine-protéine (IPP) jouent un rôle essentiel dans tous les processus biologiques. In vivo, les IPP se produisent dynamiquement et dépendent d'indices extracellulaires. Pour découvrir de nouvelles interactions protéine-protéine dans les cellules de mammifères, nous avons développé une technologie automatisée à haut débit appelée LUMIER (LUminescence-based Mammalian IntERactome). Dans cette approche, nous co-exprimons une protéine de fusion marquée par la luciférase (LUC) avec une protéine marquée par le drapeau dans une lignée cellulaire transfectable efficacement telle que les cellules HEK-293T. L'interaction entre les deux protéines est déterminée par co-immunoprécipitation à l'aide d'un anticorps anti-Flag, et la présence de l'interacteur marqué LUC dans le complexe est ensuite détectée via son activité luciférase. LUMIER peut facilement détecter les partenaires protéiques transmembranaires, les interactions dépendantes des isoformes de signalisation ou d'épissage, ainsi que celles qui peuvent n'apparaître qu'en présence de modifications post-traductionnelles. À l'aide de diverses collections de protéines étiquetées Flag, nous avons généré des réseaux d'interaction protéique pour plusieurs récepteurs de la famille TGF-β, membres de la voie Wnt, et avons systématiquement analysé l'effet de l'épissage alternatif spécifique aux neurones sur les réseaux d'interaction protéique. Les résultats ont fourni des informations importantes sur la pertinence physiologique et fonctionnelle de certaines des nouvelles interactions trouvées. LUMIER est hautement évolutif et peut être utilisé pour des stratégies à faible et à haut débit. LUMIER est ainsi un outil précieux pour l'identification et la caractérisation des IPP à régulation dynamique dans les systèmes mammifères. Ici, nous décrivons une version manuelle de LUMIER dans un format de 96 puits qui peut être facilement mis en œuvre dans n'importe quel laboratoire.

Mots clés: Complexe binaire LUMIER Cellules de mammifères Interaction protéine-protéine Voies de signalisation Complexe ternaire Protéines transmembranaires.


Protéines de fusion

Utilisations des protéines de fusion

La technique de création de protéines de fusion a été étendue à d'autres partenaires de fusion, et des utilisations supplémentaires ont été développées pour le partenaire de fusion. Trois des utilisations les plus importantes des protéines de fusion sont : en tant qu'aides à la purification des gènes clonés, en tant que rapporteurs du niveau d'expression et en tant que marqueurs histochimiques pour permettre la visualisation de l'emplacement des protéines dans une cellule, un tissu ou un organisme.

Pour la purification, une protéine qui peut être facilement et commodément purifiée par chromatographie d'affinité est fusionnée à une protéine que le chercheur souhaite étudier. Un certain nombre de protéines et de peptides ont été utilisés à cette fin, notamment la protéine A du staphylocoque, la glutathion-S-transférase, la protéine de liaison au maltose, la protéine de liaison à la cellulose, le domaine de liaison à la chitine, la thiorédoxine, la strépavidine, la RNaseI, la polyhistidine, l'hormone de croissance humaine. , l'ubiquitine et les épitopes d'anticorps.

Les protéines utilisées le plus souvent comme partenaires de fusion pour les constructions de rapporteurs sont la -galactosidase, la luciférase et la protéine fluorescente verte (GFP). La β-galactosidase présente l'avantage de nombreux substrats disponibles dans le commerce, dont certains qui produisent un produit coloré et d'autres qui conduisent à la production de lumière. La luciférase et la GFP produisent toutes deux de la lumière et peuvent être visualisées directement ou quantifiées à l'aide d'un luminomètre ou d'un fluoromètre, respectivement. La GFP a l'avantage de ne pas nécessiter de substrat, alors que la luciférase nécessite son substrat, la luciférine, ainsi que l'ATP, O2, et Mg 2+ . La GFP émet de la lumière verte lorsqu'elle est excitée par une lumière bleue ou UV et, dans de nombreux cas, peut être utilisée sur des cellules et des organismes vivants et intacts.

Une extension utile des protéines de fusion en tant que rapporteurs est le système à deux hybrides. Dans cette méthode, deux fusions distinctes sont utilisées pour tester l'interaction entre deux protéines, où la liaison des deux protéines rassemble leurs partenaires de fusion et entraîne la transcription activée d'un gène rapporteur.


La fusion de DARPin à l'aldolase permet la visualisation de petites protéines par cryo-EM

La résolution des structures protéiques par cryomicroscopie électronique à particule unique (cryo-EM) est devenue un outil crucial en biologie structurale. Alors que des progrès passionnants sont réalisés vers la visualisation de petites macromolécules, la taille médiane des protéines chez les eucaryotes et les bactéries est toujours hors de portée de la cryo-EM. Pour surmonter ce problème, nous avons mis en œuvre une stratégie de plate-forme dans laquelle une petite protéine cible était fixée de manière rigide à une grande base symétrique via un adaptateur sélectionnable. Parmi nos sept conceptions, la meilleure construction utilisait une protéine répétée ankyrine (DARPin) conçue de manière rigide fusionnée à l'aldolase musculaire tétramère de lapin par l'intermédiaire d'un lieur hélicoïdal. Le DARPin a conservé sa capacité à lier sa cible : la GFP. Nous avons résolu la structure de ce complexe à une résolution globale de 3,0 , avec une résolution de 5 à 8 dans la région GFP. Comme la flexibilité de la position DARPin limitait la résolution globale de la cible, nous décrivons des stratégies pour rigidifier cet élément.

Mots clés: CryoEM DARPin Cryo-microscopie électronique Analyse de particules uniques aldolase protéine artificielle plate-forme de cryo-microscopie électronique conception de protéines.


Développement d'un système de co-affichage antigène-anticorps pour détecter l'interaction des récepteurs couplés aux protéines G et des fragments variables à chaîne unique

Les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG), en particulier les récepteurs de chimiokines, sont des cibles idéales pour les médicaments à base d'anticorps monoclonaux. Compte tenu de la structure transmembranaire multi-passes spéciale du GPCR, il est souvent laborieux d'obtenir des informations sur les anticorps sur les cibles non ciblées et les épitopes sur les antigènes. Pour accélérer le processus, une méthode simple et rapide doit être développée. Le système hybride à double levure à base d'ubiquitine (YTH) a été utilisé comme script bleu pour une nouvelle méthode. En fusionnant avec des peptides transmembranaires, les anticorps scFv ont été conçus pour être ancrés sur la cytomembrane, où le GPCR était également co-affiché. Le système couplé à l'ubiquitine fractionnée a transformé le signal d'interaction scFv-GPCR en l'expression de gènes rapporteurs. En optimisant la structure topologique de la protéine de fusion scFv et des éléments clés, y compris les peptides signal, les peptides transmembranaires et les linkers flexibles, un système nommé Antigen-Antibody Co-Display (AACD) a été établi, qui a rapidement détecté les interactions entre les anticorps et leurs GPCR cibles. , CXCR4 et CXCR5, tout en déterminant également les anticorps hors cible et les épitopes associés aux anticorps. Le système AACD peut déterminer rapidement l'association entre les GPCR et leurs anticorps candidats et raccourcir la période de recherche pour la détection hors cible et l'identification des épitopes. Ce système devrait améliorer le processus de développement des anticorps GPCR et fournir une nouvelle stratégie pour le criblage des anticorps GPCR.

Mots clés: Anticorps récepteur couplé à la protéine G épitope hors cible levure deux hybrides.

Déclaration de conflit d'intérêts

Les bailleurs de fonds n'ont joué aucun rôle dans la conception de l'étude dans la collecte, les analyses ou l'interprétation des données dans la rédaction du manuscrit ou dans la décision de publier les résultats.


La protogénine définit une étape de transition au cours de la neurogenèse embryonnaire et empêche la différenciation neuronale précoce.
Fann MJ
The Journal of neuroscience : le journal officiel de la Society for Neuroscience 30.12 (24 mars 2010) : 4428-39.

Régulation de la Fascicline II et développement terminal synaptique par le facteur d'épissage beag.
McCabe BD
The Journal of neuroscience : le journal officiel de la Society for Neuroscience 32.20 (16 mai 2012) : 7058-73.

Sc65 est une nouvelle protéine du réticulum endoplasmique qui régule l'homéostasie de la masse osseuse.
Morello R
Journal of bone and mineral research : le journal officiel de l'American Society for Bone and Mineral Research 29,3 (mars 2014) : 666-75.

La S-nitrosylation neuronale dépendante de l'oxyde nitrique synthase de la géphyrine régule le regroupement de la géphyrine au niveau des synapses GABAergiques.
Schwarz G
The Journal of neuroscience : le journal officiel de la Society for Neuroscience 34.23 (4 juin 2014) : 7763-8.

La protogénine définit une étape de transition au cours de la neurogenèse embryonnaire et empêche la différenciation neuronale précoce.
Fann MJ
The Journal of neuroscience : le journal officiel de la Society for Neuroscience 30.12 (24 mars 2010) : 4428-39.

Les protéines Syne ancrent les noyaux musculaires à la jonction neuromusculaire.
Han M
Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique 102.12 (22 mars 2005) : 4359-64.

Régulation de la Fascicline II et développement terminal synaptique par le facteur d'épissage beag.
McCabe BD
The Journal of neuroscience : le journal officiel de la Society for Neuroscience 32.20 (16 mai 2012) : 7058-73.


Applications

  • Purifier ou immunoprécipiter les protéines de fusion marquées par myc à partir de lysats cellulaires
  • Identifier les protéines marquées par myc
  • Réaliser des études d'interaction protéine-protéine à haut débit

Informations supplémentaires sur le produit

Veuillez consulter le certificat d'analyse du produit pour obtenir des informations sur les conditions de stockage, les composants du produit et les spécifications techniques. Veuillez consulter la liste des composants du kit pour déterminer les composants du kit. Les certificats d'analyse et les listes de composants du kit se trouvent sous l'onglet Documents.

Takara Bio USA, Inc.
États-Unis/Canada : +1.800.662.2566 &bull Asie Pacifique : +1.650.919.7300 &bull Europe : +33.(0)1.3904.6880 &bull Japon : +81.(0)77.565.6999
POUR LA RECHERCHE UNIQUEMENT. NE PAS UTILISER DANS LES PROCÉDURES DE DIAGNOSTIC. &copier 2021 Takara Bio Inc. Tous droits réservés. Toutes les marques déposées sont la propriété de Takara Bio Inc. ou de ses sociétés affiliées aux États-Unis et/ou dans d'autres pays ou de leurs propriétaires respectifs. Certaines marques de commerce peuvent ne pas être enregistrées dans toutes les juridictions. Des informations supplémentaires sur le produit, la propriété intellectuelle et l'utilisation restreinte sont disponibles sur takarabio.com.

Takara Bio Europe est membre du groupe Takara Bio, une entreprise leader dans le domaine des sciences de la vie qui s'engage à améliorer la condition humaine grâce à la biotechnologie. À travers nos marques Takara, Clontech et Cellartis, notre mission est de développer des outils et des services innovants de haute qualité pour accélérer la découverte.


Les références

Chernomordik, L.V. & Kozlov, M.M. Interaction protéine-lipide dans la fusion et la fission des membranes biologiques. Annu. Rév. Biochem. 72, 175–207 (2003).

Chernomordik, L.V., Zimmerberg, J. & Kozlov, M.M. Membranes du monde unissez-vous ! J. Cell Biol. 175, 201–207 (2006).

Helenius, A., Kartenbeck, J., Simons, K. & Fries, E. Sur l'entrée du virus de la forêt Semliki dans les cellules BHK-21. J. Cell Biol. 84, 404–420 (1980). L'un des nombreux articles dans lesquels Helenius, Simons et leurs collègues ont montré que le pH acide d'un endosome est un déclencheur de la fusion virale. La démonstration que les virus ont évolué pour « détecter » la concentration locale de protons a été une contribution à la fois à notre connaissance des mécanismes d'entrée virale et à notre compréhension des propriétés des voies endocytiques plus généralement.

White, J. & Helenius, A. Fusion dépendante du pH entre la membrane du virus de la forêt Semliki et les liposomes. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 77, 3273–3277 (1980).

Kuzmin, P.I., Zimmerberg, J., Chizmadzhev, Y.A. & Cohen, F.S. Un modèle quantitatif de fusion membranaire basé sur des intermédiaires de faible énergie. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 98, 7235–7240 (2001).

Zimmerberg, J., Blumenthal, R., Sarkar, D.P., Curran, M. & Morris, S.J. Mouvement restreint des colorants lipidiques et aqueux à travers les pores formés par l'hémagglutinine de la grippe pendant la fusion cellulaire. J. Cell Biol. 127, 1885–1894 (1994).

Plonsky, I. & Zimmerberg, J. Le pore de fusion initial induit par le baculovirus GP64 est grand et se forme rapidement. J. Cell Biol. 135, 1831–1839 (1996).

Melikyan, G.B., Markosyan, R.M., Brener, S.A., Rozenberg, Y. & amp Cohen, F.S. Rôle de la queue cytoplasmique de la protéine Env du virus de la leucémie murine écotrope de Moloney dans la formation de pores de fusion. J. Virol. 74, 447–455 (2000).

Skehel, J.J. & Wiley, D.C. Liaison aux récepteurs et fusion membranaire dans l'entrée du virus : l'hémagglutinine de la grippe. Annu. Rév. Biochem. 69, 531–569 (2000).

Modis, Y., Ogata, S., Clements, D. & amp Harrison, S.C. Une poche de liaison de ligand dans la glycoprotéine d'enveloppe du virus de la dengue. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 100, 6986–6991 (2003).

Modis, Y., Ogata, S., Clements, D. & amp Harrison, S.C. Structure de la protéine d'enveloppe du virus de la dengue après fusion membranaire. La nature 427, 313–319 (2004).

Roche, S., Bressanelli, S., Rey, F.A. & amp Gaudin, Y. Structure cristalline de la forme à faible pH de la glycoprotéine G du virus de la stomatite vésiculeuse. Science 313, 187–191 (2006).

Roche, S., Rey, F.A., Gaudin, Y. & Bressanelli, S. Structure de la forme de préfusion de la glycoprotéine G du virus de la stomatite vésiculeuse. Science 315, 843–848 (2007).

Yin, H.S., Paterson, R.G., Wen, X., Lamb, R.A. & Jardetzky, T.S. Structure de l'ectodomaine non clivé de la protéine de fusion du paramyxovirus (hPIV3). Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 102, 9288–9293 (2005).

Yin, H.S., Wen, X., Paterson, R.G., Lamb, R.A. & Jardetzky, T.S. Structure de la protéine 5 F du virus parainfluenza dans sa conformation préfusion métastable. La nature 439, 38–44 (2006).

Lescar, J. et al. La coquille de glycoprotéine de fusion du virus de la forêt de Semliki : un assemblage icosaédrique amorcé pour l'activation fusogène au pH endosomal. Cellule 105, 137–148 (2001).

Gibbons, D.L. et al. Changement de conformation et interactions protéine-protéine de la protéine de fusion du virus de la forêt de Semliki. La nature 427, 320–325 (2004).

Wilson, I.A., Skehel, J.J. & Wiley, D.C. Structure de la glycoprotéine membranaire de l'hémagglutinine du virus de la grippe à une résolution de 3 . La nature 289, 366–373 (1981). Le résultat structurel initial révolutionnaire de la collaboration Skehel-Wiley sur l'hémagglutinine du virus de la grippe. Une étape importante dans la biologie structurale et la biochimie des glycoprotéines de surface, cet article a précédé de près de 15 ans le prochain rapport d'une structure virale distincte de protéine de fusion. Il a contribué à façonner l'ensemble du domaine de l'entrée du virus enveloppé et de l'antigénicité virale.

Wiley, D.C., Wilson, I.A. & Skehel, J.J. Identification structurale des sites de liaison aux anticorps de l'hémagglutinine de la grippe de Hong Kong et de leur implication dans la variation antigénique. La nature 289, 373–378 (1981).

Bullough, P.A., Hughson, F.M., Skehel, J.J. & Wiley, D.C. Structure de l'hémagglutinine de la grippe au pH de la fusion membranaire. La nature 371, 37–43 (1994). Cet article, qui rapporte la structure de la conformation post-fusion du virus de la grippe HA2, a couronné un effort de douze ans pour visualiser le produit de la transition conformationnelle découverte par Skehel et al. 23 . L'étendue du repliement de HA2 était imprévue, et le voir a changé notre appréciation du répertoire probable des transitions conformationnelles des protéines.

Chen, J. et al. Structure du site de clivage du précurseur de l'hémagglutinine, déterminant de la pathogénicité de la grippe et origine de la conformation labile. Cellule 95, 409–417 (1998).

Weis, W. et al. Structure de l'hémagglutinine du virus de la grippe complexée avec son récepteur, l'acide sialique. La nature 333, 426–431 (1988).

Skehel, J.J. et al. Changements dans la conformation de l'hémagglutinine du virus de la grippe à l'optimum de pH de la fusion membranaire à médiation virale. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 79, 968–972 (1982). La découverte que la liaison aux protons (pH bas) déclenche un profond changement de conformation de l'hémagglutinine du virus de la grippe. Les auteurs ont pu déduire les caractéristiques essentielles (mais pas encore l'étendue) du changement de conformation de l'hémagglutinine, par une utilisation perspicace de la protéolyse sélective et par une interprétation réfléchie des effets solubilisants des détergents non ioniques..

Chen, J., Skehel, J.J. & Wiley, D.C. Les résidus N- et C-terminaux se combinent dans la sous-unité hémagglutinine HA2 de la grippe de fusion pour former une coiffe N qui termine la bobine enroulée à trois brins. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 96, 8967–8972 (1999).

Carr, C.M. & Kim, PS Un mécanisme à ressort pour le changement de conformation de l'hémagglutinine grippale. Cellule 73, 823–832 (1993).

Daniels, R.S. et al. Mutants de fusion de la glycoprotéine hémagglutinine du virus de la grippe. Cellule 40, 431–439 (1985).

Han, X., Bushweller, J.H., Cafiso, D.S. & Tamm, L.K. Structure membranaire et changement de conformation déclenchant la fusion du domaine de fusion de l'hémagglutinine de la grippe. Nat. Structurer. Biol. 8, 715–720 (2001).

Borrego-Diaz, E., Peeples, M.E., Markosyan, R.M., Melikyan, G.B. & Cohen, F.S. L'achèvement de la formation en épingle à cheveux trimérique de l'hémagglutinine du virus de la grippe favorise l'ouverture et l'élargissement des pores de fusion. Virologie 316, 234–244 (2003).

Park, S.E., Gruenke, J.A. & White, J.M. Laisse dans le mécanisme de sillon de la fusion membranaire. Nat. Structurer. Biol. 10, 1048–1053 (2003).

Heinz, F.X. et al. Changements structurels et contrôle fonctionnel de la glycoprotéine E du virus de l'encéphalite à tiques par l'association hétérodimère avec la protéine prM. Virologie 198, 109–117 (1994).

Zhang, W. et al. Visualisation des domaines protéiques membranaires par cryo-microscopie électronique du virus de la dengue. Nat. Structurer. Biol. 10, 907–912 (2003).

Mukhopadhyay, S., Kim, B.S., Chipman, P.R., Rossmann, M.G. & Kuhn, R.J. Structure du virus du Nil occidental. Science 302, 248 (2003).

Rey, F.A., Heinz, F.X., Mandl, C., Kunz, C. & amp Harrison, S.C. La glycoprotéine d'enveloppe du virus de l'encéphalite à tiques à une résolution de 2 Å. La nature 375, 291–298 (1995).

Allison, S.L. et al. Réarrangement oligomérique des protéines d'enveloppe du virus de l'encéphalite à tiques induit par un pH acide. J. Virol. 69, 695–700 (1995).

Bressanelli, S. et al. Structure d'une glycoprotéine d'enveloppe de flavivirus dans sa conformation de fusion membranaire induite par un faible pH. EMBO J. 23, 728–738 (2004).

Stiasny, K., Kossl, C., Lepault, J., Rey, F.A. & Heinz, F.X. Caractérisation d'un intermédiaire structural de fusion membranaire de flavivirus. Pathog PLoS. 3, e20 (2007).

Kampmann, T., Mueller, D.S., Mark, A.E., Young, P.R. & amp Kobe, B. Le rôle des résidus d'histidine dans la fusion membranaire virale à faible pH. Structure 14, 1481–1487 (2006).

Roche, S. & Gaudin, Y. La caractérisation de l'équilibre entre la conformation native et inactive de fusion de la glycoprotéine du virus de la rage indique que le complexe de fusion est constitué de plusieurs trimères. Virologie 297, 128–135 (2002).

Durrer, P., Gaudin, Y., Ruigrok, R.W., Graf, R. & Brunner, J. Photolabeling identifie un domaine de fusion putatif dans la glycoprotéine d'enveloppe des virus de la rage et de la stomatite vésiculeuse. J. Biol. Chem. 270, 17575–17581 (1995).

Heldwein, E.E. et al. Structure cristalline de la glycoprotéine B du virus herpès simplex 1. Science 313, 217–220 (2006).

Hannah, B.P., Heldwein, E.E., Bender, F.C., Cohen, G.H. & Eisenberg, R.J. Preuve mutationnelle de boucles de fusion internes dans la glycoprotéine B du virus de l'herpès simplex. J. Virol. 81, 4858–4865 (2007).

Chandran, K., Sullivan, N.J., Felbor, U., Whelan, S.P. & Cunningham, J.M. La protéolyse endosomale de la glycoprotéine du virus Ebola est nécessaire pour l'infection. Science 308, 1643–1645 (2005).

Simmons, G. et al. Les inhibiteurs de la cathepsine L empêchent l'entrée du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 102, 11876–11881 (2005).

Schornberg, K. et al. Rôle des cathepsines endosomales dans l'entrée médiée par la glycoprotéine du virus Ebola. J. Virol. 80, 4174–4178 (2006).

Godley, L. et al. L'introduction de liaisons disulfure intersous-unités dans la région membranaire distale de l'hémagglutinine grippale abolit l'activité de fusion membranaire. Cellule 68, 635–645 (1992).

Stiasny, K., Allison, S.L., Schalich, J. & Heinz, F.X. Interactions membranaires de la protéine de fusion E du virus de l'encéphalite à tiques à faible pH. J. Virol. 76, 3784–3790 (2002).

Liao, M. & Kielian, M. Le domaine III des protéines de fusion de classe II fonctionne comme un inhibiteur dominant négatif de la fusion membranaire virale. J. Cell Biol. 171, 111–120 (2005).

Russell, C.J., Jardetzky, T.S. & Lamb, R.A. Machines de fusion membranaire de paramyxovirus : capture d'intermédiaires de fusion. EMBO J. 20, 4024–4034 (2001).

Blacklow, S.C., Lu, M. & Kim, P.S. Un sous-domaine trimérique de la glycoprotéine d'enveloppe du virus de l'immunodéficience simienne. Biochimie 34, 14955–14962 (1995).

Chan, D.C., Fass, D., Berger, J.M. & Kim, P.S. Structure centrale de gp41 de la glycoprotéine d'enveloppe du VIH. Cellule 89, 263–273 (1997).

Weissenhorn, W., Dessen, A., Harrison, S.C., Skehel, J.J. & Wiley, D.C. Structure atomique de l'ectodomaine du VIH-1 gp41. La nature 387, 426–430 (1997).

Wild, C.T., Shugars, D.C., Greenwell, T.K., McDanal, C.B. et amp Matthews, T.J. Les peptides correspondant à un domaine alpha-hélicoïdal prédictif du virus de l'immunodéficience humaine de type 1 gp41 sont de puissants inhibiteurs de l'infection virale. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 91, 9770–9774 (1994).

Furuta, R.A., Wild, CT, Weng, Y. & Weiss, C.D. Capture d'une conformation précoce de fusion active du VIH-1 gp41. Nat. Structurer. Biol. 5, 276–279 (1998).

Munoz-Barroso, I., Durell, S., Sakaguchi, K., Appella, E. & Blumenthal, R. Dilatation du pore de fusion de glycoprotéine d'enveloppe du virus de l'immunodéficience humaine-1 révélée par l'action inhibitrice d'un peptide synthétique de gp41. J. Cell Biol. 140, 315–323 (1998).

Kilby, J.M. et Eron, J.J. Nouvelles thérapies basées sur les mécanismes d'entrée dans les cellules du VIH-1. N. Engl. J. Méd. 348, 2228–2238 (2003).

Reeves, J.D. et al. La sensibilité du VIH-1 aux inhibiteurs d'entrée est en corrélation avec l'affinité enveloppe/corécepteur, la densité du récepteur et la cinétique de fusion. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 99, 16249–16254 (2002).

Reeves, J.D. et al. Mutations de résistance à l'enfuvirtide : impact sur la fonction de l'enveloppe du virus de l'immunodéficience humaine, la sensibilité de l'inhibiteur d'entrée et la neutralisation du virus. J. Virol. 79, 4991–4999 (2005).

Frey, G. et al. Un état intermédiaire de fusion du VIH-1 gp41 ciblé par des anticorps largement neutralisants. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 105, 3739–3744 (2008).

Danieli, T., Pelletier, S.L., Henis, Y.I. & White, J.M. La fusion membranaire médiée par l'hémagglutinine du virus de la grippe nécessite l'action concertée d'au moins trois trimères d'hémagglutinine. J. Cell Biol. 133, 559–569 (1996).

Yang, X., Kurteva, S., Ren, X., Lee, S. & Sodroski, J. Stœchiométrie des sous-unités des trimères de glycoprotéine d'enveloppe du virus de l'immunodéficience humaine de type 1 lors de l'entrée du virus dans les cellules hôtes. J. Virol. 80, 4388–4395 (2006).

Rand, R.P. & Parsegian, V.A. Considérations sur la force physique dans les membranes modèles et biologiques. Pouvez. J. Biochem. Cell Biol. 62, 752–759 (1984).

Soleil, Z.Y. et al. L'anticorps largement neutralisant du VIH-1 extrait son épitope d'une région d'ectodomaine gp41 coudée sur la membrane virale. Immunité 28, 52–63 (2008).

Kemble, G.W., Danieli, T. & White, J.M. L'hémagglutinine grippale à ancrage lipidique favorise l'hémifusion, pas la fusion complète. Cellule 76, 383–391 (1994).

Melikyan, G.B., White, J.M. & amp Cohen, F.S. L'hémagglutinine grippale à ancrage GPI induit une hémifusion à la fois sur les membranes des globules rouges et de la bicouche plane. J. Cell Biol. 131, 679–691 (1995).

Armstrong, R.T., Kushnir, A.S. & White, J.M. Le domaine transmembranaire de l'hémagglutinine grippale présente une exigence de longueur stricte pour soutenir la transition de l'hémifusion à la fusion. J. Cell Biol. 151, 425–437 (2000).

Frey, G. et al. Petites molécules qui se lient au noyau interne de gp41 et inhibent la fusion médiée par l'enveloppe du VIH. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 103, 13938–13943 (2006).

Lin, P.F. et al. Inhibiteur du VIH-1 à petite molécule qui cible l'enveloppe du VIH-1 et inhibe la liaison au récepteur CD4. Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis 100, 11013–11018 (2003).

Chen, B. et al. Structure d'un noyau gp120 du virus de l'immunodéficience simienne non lié. La nature 433, 834–841 (2005).


MATÉRIAUX ET MÉTHODES

Culture cellulaire et transfections

Toutes les lignées cellulaires ont été incubées en atmosphère humidifiée à 37°C avec 5% de CO2. Les cellules P493-6 et Jurkat T ont été cultivées dans du milieu RPMI et les cellules HEK293, HEK293T, U2OS et HeLa ont été cultivées dans du milieu DMEM+Glutamax, tous deux supplémentés avec 10 % de sérum de veau foetal inactivé par la chaleur et 1 % de pénicilline/streptomycine (P/S ). Pour l'arrêt de la croissance et la suppression de MYC, des cellules B P493-6 ont été ensemencées à 5 × 10 5 /ml et traitées avec 0,1 g/ml de tétracycline pendant 72 h. Pour induire l'expression de MYC, la tétracycline a été éliminée en lavant les cellules deux fois avec une solution saline tamponnée au phosphate (PBS) et en ajoutant du milieu RPMI frais contenant 10 % de FCS (+MYC). Les cellules témoins ont été maintenues dans un milieu contenant de la tétracycline jusqu'à la récolte (-MYC).

Les transfections de plasmides ont été réalisées par la méthode au phosphate de calcium (35, 36). Les expériences ont été récoltées 36 à 48 h après la transfection lorsque seuls des plasmides exprimant les protéines ont été utilisés. Des expériences avec des plasmides exprimant des ARN en épingle à cheveux courts (pSuper) ont été récoltées 72 h après la transfection. Des transfections transitoires avec des siARN de Dharmacon ont été réalisées en utilisant le réactif de transfection HiPerfect (Qiagen, Hilden Allemagne) selon les instructions du fabricant à une concentration finale de 15 à 20 nM.

Pools d'ARNsi Dharmacon (Thermo Scientific)

Contrôle : siGENOME Non-Targeting siRNA Pool #2 (D-001206-14)

ASH2L : siARN SMARTpool siGENOME ASH2L (M-019831-01)

MYC : siARN SMARTpool siGENOME MYC (M-003282-07)

Dharmacon Ensemble de 4 siRNA simples (Thermo Scientific)

ASH2L : siARN siGENOME ASH2L (MQ-019831-01)

MYC : siARN siGENOME MYC (MQ-003282-07)

Les quatre siOligos individuels ont été testés pour l'efficacité de précipitation (données non présentées). Les deux siOligos les plus efficaces ont ensuite été utilisés dans des expériences de contrôle supplémentaires (montrées sur les figures supplémentaires S6 et S7).

Plasmides, siRNA et protéines recombinantes

pcDNA3-Flag-MYC-1-439 (poids), -1-410, -1-350, -1-180, -101-439, -148-439, -178-439, -Δ103-263, -Δ265 -329, -Δ265-367, -Δ319-341 et pCGN-HA-MYC-1-439 (poids), -1-366, -1-293, -1-220, -221-439, -294-439 , -367-439 ont été aimablement fournis par W. Tansey (37). Des plasmides exprimant ASH2L ont été décrits précédemment (38). Des mutants ont été générés en utilisant des techniques de clonage standard. Les constructions pSuper (39) suivantes ont été utilisées : pSuper-ASH2L 5'-GGATCTCACTTACCGCCCT pSuper-Control (ASH2Lmut) 5'-CCCTGCAGATCCATGCTT. Les plasmides pcDNA3-Flag-MLL2 653 (Addgene 11017), pcDNA3-Flag-WDR5 (Addgene 15552) et pcDNA3 RbBP5 (Addgene 15550) ont été utilisés pour l'expression des composants du complexe KMT2.

Les protéines recombinantes ont été produites dans Escherichia coli (E. coli) BL21(DE)pLysS comme fusion GST ou His6-protéines de fusion utilisant les constructions suivantes pGEX4T3-ASH2L-wt, -1-121, -1-279, -1-394, -1-444, pGEX2T-MYC-1-262 (N262), -1-156, - 263-439, pGEX3X-MAX, pGEX2T-YY1, pGEX4T3-H3-N, pQE30-ASH2-1-387, pRSET-His6-WDR5 (40). Les bactéries transformées ont été cultivées jusqu'à une DO de 0,7 à 0,9 et l'expression de la protéine a été induite avec 0,4 mM d'IPTG soit à 37 °C pendant 4 h, soit à 21 °C pendant 16 h. Les culots bactériens ont été lysés dans du tampon A (50 mM Tris-HCl, pH 8,0, 100 mM NaCl, 0,5 % (v/v) Nonidet P40, 5 mM EDTA, 10 mM DTT, 0,2 mM fluorure de phénylméthylsulfonyle (PMSF), 1 % ( v/v) Aprotinin), soniqué et centrifugé à 10 000 xg à 4°C pendant 30 min. Les protéines de fusion GST ont été séparées du lysat cellulaire avec du glutathion-agarose (Sigma-Aldrich) et éluées des billes avec du glutathion 10 mM dans le tampon A.

La fusion protéine de liaison au maltose-MYC (MBP-MYC) et MBP (41) ont été purifiées à partir de E. coli BL21(DE)pLysS cultivé dans du milieu NZC (1% NZ-Amine A, 0,5% (p/v) NaCl, 0,2% (p/v) MgCl2, 0,2 % de glucose) induite à une DO 0,5 avec 0,3 mM d'IPTG à 30°C pendant 4 h. Les cellules ont été lysées dans le tampon C (20 mM de Tris-HCl, pH 8,0, 200 mM de NaCl, 1 mM d'EDTA, 1 mM de DTT, 0,2 mM de PMSF, 1 % (v/v) d'aprotinine), soniquées et centrifugées à 10 000 xg à 4°C pendant 30 min. Les protéines MBP ont été séparées du lysat cellulaire avec de l'amylose-agarose (New England Biolabs) et éluées des billes avec du maltose 10 mM dans du tampon A. Histones core et histone H3 recombinante (New England Biolabs) et GST-Histone H3 N'-terminal -les queues (fournies par Y. Shinkai) (40) ont été utilisées comme substrats.

Essais GST-pull-down

Pour les réactions de liaison, 3 g de GST ou de protéines de fusion GST ont été liés à des billes de glutathion-agarose et incubés avec de la [35 S]méthionine, in vitro protéines transcrites et traduites dans du tampon de liaison ou avec 3 g de His recombinant6-protéines de fusion (42). Pour in vitro traduction/transcription, le TNT Quick Coupled Transcription/Translation System (Promega) a été utilisé avec les plasmides pcDNA3-Flag-MYC et pcDNA3-Flag-ASH2L.

Co-immunoprécipitation

Pour les tests d'interaction cellulaire, des lysats de cellules entières de 2 × 10 7 cellules ont été préparés dans du tampon F (10 mM Tris-HCl, pH 7,05, 50 mM NaCl, 30 mM Na3Bon de commande4, 50 mM NaF, 5 M ZnCl, 100 M Na3VO4, 1% de Triton X-100, 1 mM de PMSF, 5 unités/ml de α2-macroglobuline, 2,5 unités/ml de pepstatine A, 2,5 unités/ml de leupeptine, 0,15 mM de benzamidine). Les protéines co-immunoprécipitées ont été détectées par analyse western blot (43, 44).

Dosage de l'histone méthyltransférase

Des lysats de cellules entières de 3 × 10 7 cellules ont été préparés dans du tampon F pour immunoprécipiter MYC ou ASH2L et la MTase associée. La MTase associée à MYC et ASH2L a été mesurée avec 5 g d'histones centrales ou de queues N-terminales GST-H3 comme substrats en présence de 1,5 l de [ 3 H]-SAM (Perkin-Elmer Life Sciences, NET-155H, 0,55 mCi/ ml, 79,8 Ci/mmol) à 30°C pendant 30 min. Les protéines modifiées ont été visualisées par SDS-PAGE et autoradiographie. La spécificité du site et l'activité de la méthyltransférase associée à MYC ont été mesurées avec 1 g d'histone H3 recombinante en présence de 100 M de SAM à 30°C pendant 1 h. La méthylation de l'histone H3 a été détectée par immunoblot avec différents anticorps spécifiques du méthyle H3K4 et H3K9.

Coloration par immunofluorescence

Les cellules HeLa ont été ensemencées sur des lamelles, transfectées de manière transitoire avec pSuper-ASH2L et fixées dans du PBS contenant 3,7% de paraformaldéhyde 72 h après la transfection. Les cellules ont été perméabilisées dans du PBS avec 0,2% de Triton X-100 à température ambiante pendant 5 min et colorées avec le mAb 4C5 de rat spécifique à ASH2L et l'anticorps polyclonal de lapin ab8898 (abcam) spécifique de H3K4me3 à 37°C pendant 45 min. Des anticorps secondaires anti-rat-Cy3 et anti-lapin-Cy2 ont été utilisés à 37°C pendant 30 min. Les lamelles ont été montées avec du Moviol (Merck) dans du PBS contenant 2,5 % de N-propylgallate (Sigma). Pour le test de ligature de proximité (PLA), le système de fluorescence DuolinkII a été utilisé en conjonction avec le kit Probemaker Plus pour le marquage de l'anticorps secondaire anti-rat selon les instructions du fabricant (Olink Bioscience) (45).

Anticorps

Les anticorps suivants ont été utilisés pour l'IP, les immunoprécipitations de la chromatine (ChIP) et le western blot : lapin anti-MYC (N262, sc-764 C19, sc-788, les deux Santa Cruz IG13, 022Y, 1236 tous les trois fournis par L.-G Larsson), lapin anti-MAX (C17, sc-197, Santa Cruz), rat anti-MXD1 (5F4), souris anti-nucléoline (MS-3, sc-8031, Santa Cruz) lapin anti-ASH2L (A300– 489A, sérums éthyliques 548 et 549 (antigène ASH2L-1-444)), rat anti-ASH2L (4C5 et 4B5 (antigène ASH2L-1-279)), souris anti-WDR5 (ab56919, abcam), lapin anti-RbBP5 ( A300-109A, Béthyl), lapin anti-H3 (ab1791, abcam), lapin anti-H3ac (06-599, Millipore), lapin anti-H3K9ac (ab4441, abcam), lapin anti-H3K27ac (ab4729, abcam), lapin anti-H3K4me3 (ab8580, abcam), lapin anti-H3K4me2 (07-030, Millipore), lapin anti-H3K4me1 (ab8895, abcam), lapin anti-H3K9me3 (ab8898, abcam), lapin H3K9me2 (07-212, Millipore) , lapin anti-H3K9me1 (ab9045, abcam), lapin anti-H3K27me3 (ab6002, abcam), lapin anti-CBP (C-20, sc-583, Santa Cruz), lapin anti-p300 (N- 15, sc-584, Santa Cruz), IgG de lapin (Kch-504-250, Diagenode), anti-actine de souris (MP Biomedicals), anti-HA de rat (3F10, Roche), anti-Flag de souris (M2, Sigma- Aldrich), anti-caspase 5 de lapin (2157, a été aimablement fourni par A. Krippner-Heidenreich).

ChIP- et Re-ChIP-qPCR

Les tests ChIP-qPCR ont été effectués avec le kit Diagenode OneDay ChIP selon les instructions du fabricant. Les cellules P493-6 et HEK293T ont été réticulées avec 1% de formaldéhyde (en ajoutant 37% de formaldéhyde au milieu) sur une plate-forme d'agitation pendant 10 min à température ambiante et trempées pendant 5 min en ajoutant 125 mM de glycine. Les cellules ont été lysées dans 100 µl de tampon de lyse (2 x 10 7 cellules P493-6 et 1 x 10 7 cellules HEK293T) et la chromatine a été cisaillée pendant 15 min à l'aide d'un Bioruptor (Diagenode). L'immunoprécipitation a été réalisée avec 100 µg de chromatine (entrée) et 2 µg d'anticorps. L'ADN a été purifié et la réaction quantitative en chaîne de la polymérase (qPCR) a été réalisée avec les paires d'amorces suivantes :

Ctrl pp4 (pour) : 5’-GCGTGACTCAAATTGTGTGTGCCT-3’

Ctrl pp4 (rév) : 5’-ATCAAGCATTCAGCAGCGTTC CA-3’

CCND2 bal1 (pour) : 5’-CCCCTTCCTCCTGGAGTGAAATAC-3’

CCND2 bal2 (rév): 5'-CGTGCTCTAACGCATCCTTGAGTC-3'

CCND2 Ex1 (pour) : 5’-GGGAGAGCGAGACCAGTTTTAAG-3’

CCND2 Ex1 (rév) : 5’-CCTTTGGCTAAATAGGGGGTTTTC-3’

Boîte électronique ODC (pour) : 5’-ATCACTTCCAGGTCCCTTGCAC-3’

Boîte électronique ODC (rév) : 5’-TTCCACCTGGCGTTCAGTACCT-3’

NCL In1 (pour) : 5’-TGGGCCGGGAAATGGCGGTA-3’

NCL In1 (rév) : 5’-TAGGCCACCACGTGCCCGAA-3’

Pour les expériences Re-ChIP, la première IP a été réalisée avec 100 à 200 g de chromatine (entrée). Chromatin was released from beads using release buffer (TE buffer, pH 7.5, 1% SDS, 10 mM DTT) for 30 min at 37°C and diluted in 4 volumes ChIP buffer (Diagenode OneDay ChIP kit, with protease inhibitor cocktail and 10 mM iodoacetamide). Then, 2 μg of antibody were added for the second immunoprecipitation, followed by DNA purification and qPCR. PCR was performed as described below.

The DNA was purified from one tenth of the input chromatin that was used for the ChIPs, diluted two-fold and used for qPCR amplification. The dilution factor was included in the % input calculation of all the qPCR results.

QRT-PCR

Total RNA was extracted using RNeasy Mini Kit (Qiagen) and DNase digestion (Qiagen) according to the manufacturer's instructions. 1 μg of RNA was reverse transcribed into cDNA using the QuantiTect Reverse Transcription Kit (Qiagen) and analyzed by qPCR with SensiMix SYBR Green Mix (Bioline) in a Rotor-Gene Q (Qiagen) machine.

The following primer pairs were used for amplification:

β-glucuronidase (GUS) for: 5’-CTCATTTGGAATTTTGCCGATT-3’,

β-glucuronidase (GUS) rev: 5’-CCGAGTGAAGATCCCCTTTTTA-3’

QuantiTect primer assays (Qiagen): MYC (Hs_Myc_1_SG), ASH2L (Hs_ASH2L_1_SG), CCND2 (Hs_CCND2_1_SG), ODC (Hs_ODC1_1_SG), NCL (Hs_NCL_1_SG). Relative mRNA expression was calculated by the comparative ΔΔCt method and normalized to the housekeeping gene GUS using Rotor-Gene Q software.

P493-6 cells were harvested by centrifugation, washed with PBS and fixed by adding 100% methanol at -20°C. After RNase A treatment (20 μg/ml) cells were stained with propidium iodide (PI, 50 μg/ml) for 15 min at room temperature and analyzed using a FACSCanto II (BD Biosciences).

Bioinformatics analysis of publicly available ChIP-Seq data

Public data from ChIP experiments followed by massively parallel DNA sequencing (ChIP-Seq) was used to analyze the occupancy of the factors MYC, WDR5 and POL II and the occurrence of the histone modifications H3K4me3, H3K4me1 and H3K27me3 in normal human epidermal keratinocytes (NHEK). Data from histone modifications, POL II, MYC and controls were obtained from the ENCODE project (GEO accession GSE29611, GSM748557). WDR5 ChIP-Seq was obtained from published findings ( 46) (GEO accession GSE42180). No read alignments were provided in GEO for WDR5 and MYC. For those, the alignments from original sequence reads were performed using Burrows-Wheeler Alignment tool with default parameters ( 47). All alignments were based on the human reference genome Hg19. Peak calling was performed with MACS ( 48) with a p-value of 10 −5 and the ChIP-Seq control as input.

Definition of regulatory features

Publicly available data for histone modifications were combined to define regulatory regions in NHEK cells: active promoters (both H3K27ac and H3K4me3 peaks overlapping with the core promoter, 200 bps upstream of a gene transcription start site (TSS)), active enhancers (regions distant from core promoters with peaks of both H3K4me1 and H3K27ac), poised promoters (H3K4me3 and H3K27me3 ( 49)), poised enhancers (H3K4me1, lack of H3K27ac ( 50)) and closed chromatin regions (only H3K27me3). Regions not fitting any of these criteria were indicated as ‘other’. bedTools ( 51) was used to find the regions of overlap between these sites that contain histone with specific modifications and the TSS of genes. Gene TSS positions were based on Hg19 RefSeq annotation obtained from USCD Table Browser. Additionally, the overlap of these regions with POL II ChIP-Seq peaks was evaluated. As a last step, the peaks from MYC, WDR5 and regions containing both MYC and WDR5 peaks were related to the above-mentioned regulatory features (see Supplementary Tables S1 and S2 for statistics).

Analysis of transcription factor binding sites

To analyze the presence of binding sites for MYC and ASH2L inside ChIP-Seq peaks, the summit regions of the Chip-Seq peaks (positions with highest reads within a peak as provided by MACS), extended by 125 bps in each direction, were inspected. This procedure ensures that all peaks possess the same size and avoids biasing the binding site statistics. The choice of peaks with a size of 250 bps is in accordance with previously published work ( 52). Note that other choices of peak sizes (500, 100 and 80 bps) resulted in similar qualitative results (data not shown). As background, random genomic regions with the same characteristics of the ChIP-Seq peaks were obtained. The MYC position weight matrix (MA0147.1) from the Jaspar database ( 53) and the ASH2L position weight matrix from ( 54) were used. Biopython ( 55) was employed to perform binding site searches. Functions provided by the Motif class were applied to calculate a bit-score based on the application of a position Weight Matrix in the ChIP-Seq peaks. An empirical statistical test based on dynamic programming was used to define a bit-score threshold with a false discovery rate of 0.0001 ( 56). The number of MYC, WDR5 and both MYC and WDR5 ChIP-Seq peaks with at least one binding site motif were counted and a Fisher's Exact test performed to evaluate whether the proportion of peaks with binding sites is higher than in the background regions (Supplementary Table S3). Using the same analysis, but classifying the MYC or WDR5 peaks that belong to the previously described regulatory features, no relation between the proportion of binding sites and the regulatory features surrounding the peaks was detected (not shown). The analysis was performed with the Regulatory Genomics Toolbox available at https://code.google.com/p/reg-gen/.

Analysis of gene expression

To evaluate if regions of ChIP-Seq peaks and NHEK expression data from RNA-Seq experiments are related, the alignment of RNA-Seq reads from the ENCODE project (GSM958736) was analyzed. The summits of peaks of MYC, WDR5 and both MYC and WDR5 were extended by 1000 bps to capture the expression of neighboring genes. The number of aligned reads inside the ChIP-Seq peaks was counted and normalized by the size of the peaks. In addition, the same analysis was performed considering only ChIP-Seq peaks overlapping with the region 200 bps upstream of a TSS.


C-myc/anti-myc Ab Interaction with Fusion Proteins - Biology

Integrin ligand binding induces a signaling complex formation via the direct association of the docking protein p130 Cas (Cas) with diverse molecules. We report here that the 14-3-3ζ protein interacts with Cas in the yeast two-hybrid assay. We also found that the two proteins associate in mammalian cells and that this interaction takes place in a phosphoserine-dependent manner, because treatment of Cas with a serine phosphatase greatly reduced its ability to bind 14-3-3ζ. Furthermore, the Cas-14-3-3ζ interaction was found to be regulated by integrin-mediated cell adhesion. Thus, when cells are detached from the extracellular matrix, the binding of Cas to 14-3-3ζ is greatly diminished, whereas replating the cells onto fibronectin rapidly induces the association. Consistent with these results, we found that the subcellular localization of Cas and 14-3-3 is also regulated by integrin ligand binding and that the two proteins display a significant co-localization during cell attachment to the extracellular matrix. In conclusion, our results demonstrate that 14-3-3 proteins participate in integrin-activated signaling pathways through their interaction with Cas, which, in turn, may contribute to important biological responses regulated by cell adhesion to the extracellular matrix.


Voir la vidéo: Terveys ja proteiinit yliopistonlehtori, dosentti Anne-Maria Pajari, Helsingin yliopisto (Août 2022).